Miguel Angel Cortes

Variations sonnantes et très brillantes

Le guitariste de Grenade Miguel Angel Cortés a offert au Festival Flamenco de Nîmes un magnifique concert de guitare qui a mis en valeur son toque précis et sensible et conquis le public nîmois.

Miguel Ángel Cortés est issu d'une grande famille de guitaristes de Grenade, et à l'instar de Rafael Rodriguez il est aujourd'hui l'un des accompagnateurs favoris des cantaores, parmi lesquels Esperanza Fernandez, Arcangel et Rocio Marquez. Mais Miguel est aussi un redoutable soliste à la technique assurée, et c'est cette facette que le Festival Flamenco de Nîmes a voulu montrer en l'invitant à se produire sur la scène du Théâtre Bernadette Lafont le jeudi 19 janvier à 20h.

Le spectacle "Sonantas en tres movimientos" - jeu de mots entre sonata et sonanta - a été présenté en septembre dernier à la Biennale de Séville. Dans cette création Miguel Angel livre un patchwork de styles pas toujours flamencos et rend hommage à de grands compositeurs, au moyen de trois guitares distinctes disposées sur scène.

Dans la première partie, le tocaor, perché sur une estrade au centre de la scène, se livre à une démonstration de virtuosité. Il débute par une magnifique "fantasia" de sa composition intitulée "Pasion por Cayetano", puis termine par une version de "Diamantes para Aranjuez" du guitariste classique José Maria Gallardo del Rey, por bulerias. Le deuxième thème au compas ternaire "Feria de abril" semble être un hommage à Séville. Après le bolero "Caña de azucar", il interprète une "Jacara del siglo XVII", et la marche de procession de la Semaine Sainte "Estrella Sublime".

Le guitariste qui a troqué sa veste et son noeud papillon pour une chemise et un foulard est rejoint par la bailaora catalane Ana Morales, avec qui il revisite la farruca de Sabicas, un maestro de la guitare qui l'a toujours beaucoup inspiré. Ana, toute en subtilité et légèreté dans une tenue raffinée, apporte une touche de grâce à ce tableau dans lequel elle évolue avec un éventail. Celui-ci marquera la fin du deuxième acte sur la partie gauche de la scène.

Voix off d'enfant, son d'oiseaux, musique enregistrée... on ne comprend pas vraiment où l'artiste veut nous emmener. Suit une siguiriya interprétée a palo seco par Dani Bonilla, en canon avec los Makarines, et une intervention aux percussions de Jorge Perez qui jongle entre batterie et cajon. Miguel Angel qui porte désormais un gilet rejoint le cuadro pour de jolies alegrias, puis livre un solo por siguiriya, parcourant le manche de sa sonanta avec une vitesse phénoménale. Tangos gaditans, rondeña, bulerias, puis le tocaor emmène les spectateurs à Grenade avec des tangos du cru, à travers un enregistrement de la Piriñaca, puis en faisant chanter à la fois les choristes et sa guitare. Un moment très apprécié qui accueille la seconde intervention d'Ana Morales au baile.

Très applaudi par le public nîmois, Miguel Angel Cortes est reparti à Grenade avec celui-ci dans sa poche.


Flamenco Culture, le 19/01/2017

<< Retour au reportage


EQUIPE ARTISTIQUE:: Guitare - Miguel Angel Cortés
:: Choeurs et palmas - Los Makarines, Bonela hijo
:: Percussions - Jorge Perez

© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact