Rafael Rodriguez, sa guitare et ses invités

D'un commun accord

Le spectacle affichait complet depuis plusieurs semaines. Rafael Rodriguez, grand guitariste accompagnateur plébiscité aussi bien par les cantaores que les bailaores, était le protagoniste d'une de ces grandes soirées de flamenco dont Nîmes à le secret. A l'occasion de cette carte blanche, le tocaor avait convié une brochette d'artistes avec lesquels il a l'habitude de partager la scène, tous plus talentueux les uns que les autres.

Rafael Rodriguez

Ce n'est pas la première fois que Rafael Rodriguez se produit sur la scène du Théâtre Bernadette Lafont. On se souvient de sa prestation aux côtés de Rocio Molina dans "Oro Viejo" en 2010 lors des vingt ans du festival, ou encore de sa première partie surprise et mémorable du concert d'El Cabrero la même année. Rafael accompagnait aussi David Palomar en 2008 à l'Odéon, et son concert acoustique à l'Institut Emmanuel d'Alzon il y a deux ans fut un véritable succès.

Le spectacle est intitulé "Guitarra mia". Cette compagne aux courbes féminines accompagne Rafael sur scène depuis ses 14 ans. Avec elle il propose pour commencer une splendide Siguiriya instrumentale, moment de pure émotion. Rafael remercie François Noël et Patrick Bellito de l'avoir invité au festival, et dédie le concert au guitariste sévillan Ramon Amador, son ami récemment disparu. Il poursuit avec un autre de ses palos fétiches, la malagueña, avec toujours cette manière particulière de tenir sa guitare, soit levée vers le ciel, soit faisant corps avec elle en y posant son menton.

Rafael troque sa casquette de soliste pour accueillir ses invités, et c'est Rocio Molina qui est la première à faire son entrée sur scène, dans une guajira instrumentale que les aficionados connaissent bien, puisqu'il s'agit de celle que Rocio dansait dans le spectacle "Oro Viejo". Même robe, même légèreté qui donne l'impression que Rocio flotte sur scène. Malgré son aura incontestable, la bailaora sait rester en retrait pour mieux mettre en valeur le toque du protagoniste de la soirée.

La zambra est l'un des style emblématiques du tocaor, et il a décidé de partager ce moment musical et complice avec sa fille Isa, percussionniste, avant d'accueillir son deuxième invité, le cantaor de Cadiz José Anillo qui interprète por derecho des soleares de Cadiz extraites de son dernier album "Voz de agua, Voz de viento", qu'il partage avec sa soeur Encarna. David Palomar, autre cantaor de Cadiz, lui succède et se lance avec toujours autant de gracia dans des garrotin et tangos del Piyayo en hommage à Chano Lobato, distillant un festival de letras. David remercie aussi le festival d'avoir mis Rafael en première ligne à l'occasion de ce spectacle.

Le quatrième invité est l'exceptionnel bailaor d'Alcala de Guadaira, Javier Baron, qui déborde comme toujours d'Arte et d'énergie dans sa solea por buleria. Un duo cajon/guitare avec le gaditan Roberto Jaen, puis vient le tour de la doyenne de la soirée, la toujours très élégante Milagros Menjibar, dernière grande représentante de l'école sévillane, qui envoûte les spectateurs avec ses braceos et son expertise de la bata de cola, réitérant le duo qu'elle formait avec Rafael dans le spectacle "De la mar al fuego".

Après une fin de fiesta mémorable - cf extrait ci-dessous - Rafael conclut cette magnifique soirée avec un rap qu'il avait déjà offert à l'occasion d'autres concerts.

Lors de cette soirée, c'est un peu l'histoire du festival flamenco de Nîmes que le public a vécu à travers des tableaux cultes de spectacles de Rocio Molina, Rafael Rodriguez et Javier Baron. Une soirée qu'il n'est pas près d'oublier et qui restera sans doute l'un des moments magiques de l'édition.


Flamenco Culture, le 14/01/2017

<< Retour au reportage


EQUIPE ARTISTIQUE:: Guitare - Rafael Rodriguez
:: Baile - Rocio Molina, Milagros Mengibar, Javier Baron
:: Chant - David Palomar, José Anillo
:: Palmas et percussions - Isa Rodriguez, Roberto Jaen

© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact