Eduardo Guerrero

Arte et générosité

La bailaor de Cadiz Eduardo Guerrero était l'invité exceptionnel de la peña Flamenco en France pour son traditionnel spectacle hors-les-murs, qui a lieu tous les ans à la Salle Ravel de Levallois en novembre depuis l'année 2008.

Eduardo Guerrero

Un choix artistique judicieux, puisque la salle Ravel reçoit tour à tour des artistes confirmés et connus du public comme Maria del Mar Moreno, Joaquin Grilo et Andrès Peña, et d'autres à la notoriété plus confidentielle comme Leonor Leal et Patricia Guerrero. Un choix également longuement mûri puisque le bailaor alors très jeune, participait déjà en 2003 au spectacle de la compagnie Maria José Franco organisé par la peña. Depuis Eduardo a décroché le prestigieux prix "Desplante" au Festival de la Union et fait partie de grandes compagnies internationales.

Si dans les spectacles de Rocio Molina Edu Guerrero avait laissé entrevoir un baile plutôt contemporain, c'est pourtant le baile flamenco dans sa plus pure tradition qu'il a offert au public de Levallois dans son spectacle "Las Minas". Un style personnel et précis, de haut niveau technique, et surtout une incroyable capacité à transmettre des émotions au spectateur. Car Edu ne danse pas seulement pour lui, il est là pour partager, et communique son énergie au public avec beaucoup de générosité. Ce danseur exceptionnel qui dans l'ombre de Rocio Molina ou Eva la Yerbabuena brillait déjà beaucoup, se révèle être un redoutable bailaor. La richesse et la personnalité de son vocabulaire chorégraphique, l'occupation parfaite de l'espace scénique, la souplesse de ses bras qui lui permet de réaliser des figures peu communes... font de lui un artiste dont l'art frôle la perfection.

A ses côtés, le guitariste jerezano Javier Ibañez et le cantaor Manuel Soto - neveu de José Mercé, belle découverte - ont accompagné comme il se doit le bailaor dans des bailes allant du Martinete aux Alegrias en passant par les Soleares et un Taranto des plus réussis, réalisant également d'efficaces interventions entre chaque tableau (Malagueña et Abandolaos, Zambra, Bulerias...).

Le seul bémol pourrait être le titre du spectacle, qui ne reflète pas vraiment son contenu. Le spectacle s'appelait "Las Minas", puis "Desplante", à la Biennale de Paris c'était "Union"... On pouvait donc s'attendre à une création plus axée sur les cantes mineros, mais finalement nous avons été ravis de retrouver le bailaor dans des styles plus traditionnels.

Saluons le travail toujours remarquable de l'équipe de la peña qui, secondée par de fidèles bénévoles, organise toujours avec beaucoup de succès ces soirées flamencas dont la logistique n'est pourtant pas simple, notamment pour ce qui est du transport et de l'installation du tablao.

Proxima parada d'Eduardo Guerrero en France : Mulhouse le 14 janvier à la Filature, et certainement beaucoup d'autres dates appelleront le danseur à se produire en France et conquérir le public de l'Hexagone.


Flamenco Culture , le 19/11/2016

EQUIPE ARTISTIQUE:: Baile - Eduardo Guerrero
:: Guitare - Javier Ibañez
:: Cante - Manuel Soto

© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact