La croisée des cultures

Echanges et partage

Alors que tous les projecteurs étaient braqués sur le Festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan, se déroulait la même semaine chez nos voisins helvétiques un fabuleux festival de musiques et danses du monde d'une qualité et d'une richesse exceptionnelles.

Croisée des cultures

Vingt-deux ans déjà que Genève accueille "La Croisée des Cultures", une semaine de stages de danses et musiques du monde se déroulant dans un lieu et une ambiance extraordinaires. C'est Astrid Stierlin, fascinée par la danse indienne "Kathak" qui est à l'origine du concept, créé suite au spectacle "De Bénarès à Jerez" qu'elle a imaginé et fait tourner en Europe durant l'année 1994.

On retrouve à la croisée des cultures une ambiance festive similaire à celle des Suds à Arles - qui figure d'ailleurs comme partenaire de l'événement - , mais dans un format plus réduit qui le rend encore plus convivial. Durant une semaine, les stagiaires sont imprégnés de l'art dispensé par des maestros de référence dans leur domaine, et les stages se terminent en apothéose par la prestation non seulement des élèves, mais aussi des professeurs. Les échanges interculturels sont nombreux et cela aboutit sur scène à des unions interdisciplinaires tout aussi magiques qu'improbables.

Parmi toutes les disciplines présentes à la croisée des Cultures, le flamenco est toujours bien représenté. L'incontournable cantaor marseillais Cristo Cortés y donne depuis plusieurs éditions un stage de cante, escorté par la solide guitare d'Anton Fernandez. Les deux artistes accompagnent également les stages de grands noms du baile passés par la Croisée des Cultures comme Carmen Ledesma, Adela Campallo ou Fuensanta la Moneta. Plébiscité par les stagiaires en 2015, le bailaor jerezano Joaquin Grilo est revenu en 2016 enseigner ses créations por solea et alegria, et en seulement quatre jours d'apprentissage - Joaquin ayant du s'absenter pour se rendre à Mont-de-Marsan - le résultat fut impressionnant. Les apprentis du cours de cante furent aussi très assidus, absorbant en quelques jours pas moins de trois cantes constitués de plusieurs letras, por fandangos de Huelva, alegrias et tangos.

Dans les autres disciplines, c'est le chant de Manu Théron, fondateur et chanteur du fabuleux groupe de musique Occitane Lo Còr de la Plana qui fut le plus envoûtant, de même que la danse habitée du camerounais Serge Dupont Tsakap, passé par la compagnie de José Montalvo et enseignant au Centre Montboye à Paris, ou encore la troublante musique modale d'Efren Lopez, un artiste que les aficionados seront amenés à recroiser lors de la Biennale des Pays-Bas aux côtés de Rocio Marquez et Leonor Leal le 29 janvier 2017. De belles découvertes aussi : le tambour sur cadre kurde de la divine Shadi Fathi et les danses d'Asie Centrale de la sympathique Maria Robin, également fille d'un guitariste qui s'est souvent rapproché du flamenco, Titi Robin.

La bonne impression sur ces deux jours passés à Genève a été confortée par un climat estival et le charme des rives du Rhône déposant dans la ville des effluves de méditerranée. A faire absolument.


Flamenco Culture, le 10/07/2016


© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact