Antonio Reyes

Directo en el Círculo Flamenco de Madrid

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Antonio Reyes nous a réconciliés avec la Bodega Los Apostoles qui est redevenue ce soir ce lieu chargé d'histoire qui nous avait tant séduit il y a quelques années, de par son ancienneté, son cadre atypique, et son côté intimiste. Le public de 19h était beaucoup plus nombreux et discipliné que la veille, et cela fait toute la différence. Le côté gauche de la salle, à l'abri de la lumière du bar permet aussi de mieux se concentrer sur la scène.

© Javier Fergo / Festival de Jerez

Antonio Reyes est un cantaor que l'on apprécie particulièrement, et qui commence à percer - enfin - dans l'Hexagone où il a été programmé en 2015 au Festival des Peñas Flamencas de Lyon et au Festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan, puis à l'Institut du Monde Arabe en janvier dernier. Antonio s'est déjà produit plusieurs fois au Festival de Jerez, et les deux fois précédentes c'était déjà à los Apostoles. Jamais deux sans trois comme on dit. Et ce troisième récital, on n'est pas prêt de l'oublier.

Car Antonio est un cantaor por derecho qui en plus a su s'entourer des meilleurs. Comme José Valencia, le chiclanero a enregistré un disque en direct, intitulé, "Directo desde el circulo flamenco de Madrid", et c'est ce travail réalisé lors d'un concert organisé par le "Circulo Flamenco de Madrid", une association à but non lucratif menée par des passionnés très impliqués dans le monde du flamenco, qu'il est venu présenter, accompagné par la guitare de Diego del Morao et les palmas de Chicharrito, Diego Montoya et Tate Nuñez.

Antonio déroule les cantes dans leur ordre d'apparition sur le disque : des soleares pour commencer - Alcala, Cadiz et Jerez - , magistralement interprétées. Puis il chamboule un peu le programme en distillant des alegrias de Cadiz et de Cordoba de belle facture, avant d'enchaîner par des tangos qu'il dédie aux membres du Circulo Flamenco de Madrid - Carlos Martin Ballester, Rufo, puisant son inspiration du côté de Grenade avec les tangos de la Moreria et concluant par de superbes fandangos por tangos. La siguiriya est un grand moment d'émotion. Les falsetas de Morao reprennent vie dans les doigts de Diego et le cante d'Antonio déchire le silence. Antonio dédie les bulerias finales à son père présent dans la salle, et entame quelques vers de "Todo es de color" de Lole y Manuel, tandis que Diego, avec qui il forme une remarquable paire artistique, continue à égrener les falsetas de buleria de son père.

Des fandangos pour terminer, et puis une fin de fiesta permettant à Chicharrito et Diego Montoya de faire une petite pata. Ce récital de cante traditionnel était l'un des rendez-vous à ne pas manquer au Festival de Jerez cette année.


Flamenco Culture, le 29/02/2016

<< Retour au reportage


EQUIPE ARTISTIQUE:: Cante - Antonio Reyes
:: Guitare - Diego del Morao
:: Palmas - Diego Montoya, Tate Nuñez

© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact