Ursula Lopez, Tamara Lopez, Leonor Leal - J.R.T., sobre Julio Romero de Torres, pintor y flamenco

Le Flamenco à travers Julio Romero de Torres et vice versa

Les flamencos actuels sont à la recherche de récupération d'identité au delà de la solera flamenca. Ainsi certaines des origines folkloriques des palos ne font plus partie du côté obscur de la force, et on assiste à nombre de spectacles valorisant, qui les verdiales, qui la jota, qui les racines paysannes de tel ou tel cante. C'est dans cette mouvance archéologique que se situe le travail des sœurs López et de Leonor Leal.

© Festival de Jerez/Javier Fergo

Leur recherche autour de l’œuvre de Julio Romero de Torres artiste majeur de la peinture réaliste espagnole, s'apparente à une relecture de quelques uns de ses tableaux à travers la sensibilité flamenca de ce grand aficionado, qui aurait aimé être cantaor en son temps.

L'atmosphère étrange de ses compositions, poétiques et souvent allégoriques, colle parfaitement à la transcription théâtrale, et la mise en scène ici laisse une grande part à la lumière, élément éminemment narratif. Pour mieux naviguer entre les ambiances sonores et picturales de la fin du XIXème et du début du XXème siècle les trois danseuses ont construit un cuadro bicéphale ou chaque genre est représenté : A la guitare flamenca d'Alfredo Lagos répond celle classique d'Antonio Duro, et ils font un travail remarquable d'imbrication de leurs talents respectifs. A la cantaora de derecho qu'est Eva de Dios, cordouane de surcroît comme le peintre, répond la douce voix de soprano de la jeune Rosalía, aux nuances de zéphir et à la puissance de cantatrice. Les percussions et le saxophone de Proyecto Lorca donnent la touche moderniste et déjantée de ces décennies d'avant 14-18 ou tout semblait possible.

Nous voilà donc partis d'abord dans les couloirs de trois musées à travers des projections vidéos où les danseuses évoluent sur des enregistrements d'époque devant les œuvres de JRT et même devant un modèle en chair en os ... et en nudité. Le voyage proposé va nous entraîner en pleine Semana Santa, dans le monde taurin, ou dans les cafés cantantes, soit par des chorégraphies réunissant les trois danseuses, soit par des solos, tous les tableaux étant parfaitement soignés dans leur facture. L'évocation de la Saeta est particulièrement réussie, avec un saxo-clarín suffisamment distordu pour mettre la distanciation nécessaire, les filles pied nus évoluant en cercles lancinants tour à tour pénitents ou costaleros et qui finissent isolées dans un halo lumineux dans différentes poses des statues des « pasos ». La « ofrenda al arte del toreo » est conçu avec la même intelligence artistique faisant varier le point de vue.

Les interventions individuelles sont empreintes de chacune des personnalités des danseuses. Tamara donne des malagueñas et verdiales énergiques et naviguant entre flamenco orthodoxe, contemporain et escuela bolera, Leonor livre des Soleares de Córdoba et des chuflas piconeras élégantes et sensuelles. Eva de Dios, cantaora magnifique, s'est montrée à la hauteur de l'attente dans les Alegrías de Córdoba avec un chant ample et raffiné, accompagnant Ursula très élégante dans une bata de cola noire aux volants roses, seule concession aux codes vestimentaires du flamenco. La danseuse a interprété avec panache et raffinement les letras ciselées de ce palo si particulier.

Le spectacle termine sur « la consagracion de la copla », tableau mi-dansé mi-joué, où se mêlent les voix de toutes les participantes consacrant ce spectacle comme une œuvre chorale féminine, picaresque et poétique, sensible et érudite. Une belle contribution à la culture flamenca qui a reçu l’accueil chaleureux qu'elle méritait. Une autre façon de faire du bon flamenco. Et pourquoi pas ?


Dolorès Triviño, le 24/02/2016

<< Retour au reportage


EQUIPE ARTISTIQUE:: Baile - Úrsula López, Tamara López, Leonor Leal
:: Guitare flamenca - Alfredo Lagos
:: Voix - Rosalía, Eva de Dios
:: Guitare - Antonio Duro
:: Groupe - Proyecto Lorca - Juan M. Jiménez (saxofones), Antonio Moreno (percusiones)
:: Palmas - Melisa Soledad, Aniela
:: Chorégraphies - Úrsula López, Tamara López, Leonor Leal, Mónica Valenciano, María Muñoz
:: Musique - Alfredo Lagos
:: Appareil - Pedro G. Romero
:: Scène - Antonio Marín
:: Son - Manu Meñaca
:: Lumières - Ada Bonadei (Vamcram) & Manu Madueño
:: Régie - Balbi Parra
:: Video - Félix Vázquez
:: Maquillage et coiffures des videos - Tanit Monfort, Rafa Girona
:: Costumes - López de Santos

© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact