Silvia Marin & Co

Flamenco pour tous

Cela fait plusieurs années que l'on entend parler, toujours en bien, de Silvia Marin et notamment de ses spectacles en direction du jeune public. Et il faut reconnaître que ce succès est amplement mérité. Avec de l'énergie à revendre, la belle italienne qui réside à Madrid depuis déjà plusieurs années, a mené les 7 et 8 mai dans le cadre du festival "Rue Flamenco" un bal sévillan et deux spectacles, entourée d'une fabuleuse équipe d'artistes.

Sur scène aux côtés de Silvia Marin se trouvait tout d'abord le cantaor gitan Alfredo Escudero, dont les remarquables interventions vocales ponctuèrent tout le spectacle du samedi. En effet, bien que l'artiste de Cañorroto jouât ce soir-là le rôle de percussionniste, il est avant tout cantaor ; Alfredo a travaillé longtemps au Ballet National d'Espagne, avec El Güito et Joaquin Ruiz. Il fait partie de la famille des Escudero, et son grand-père était le cousin germain de Sabicas.

Côté baile, Silvia Marin avait également fait appel à de très bons bailaores. Hormis José Barrios, danseur régulier de la Compagnie Maria Pagés, il y avait le barcelonais Rafael Peral, ancien bailaor des compagnies Antonio Canales, Eva Yerbabuena et Sara Baras, entre autres, et son épouse, la bailaora Marisa Adame.

Enfin, au cante, le seul cantaor non gitan du barrio de Santiago à Jerez, le sympathique Ezequiel Benitez, et à la guitare flamenca, Amir John Haddad, jeune artiste multi-instrumentiste au parcours musical très riche.

La réunion de tous ces talents autour de Silvia Marin ne pouvait que conduire à un bon résultat, et la magie opéra deux soirs de suite.

Le 7 mai au soir, les aficionados, petits et grands, se rassemblèrent dans la salle de bal de la Grande Halle pour s'initier à la danse sévillane. Mais le bal sévillan annoncé se transforma finalement en un spectacle de flamenco avec la compagnie Silvia Marin, et ce n'est qu'à l'issue de la représentation que les spectateurs eurent la possibilité d'esquisser quelques pas de sévillanes et pasadas sur "Tiempo detente", interprété en boucle par un Ezequiel Benitez dont ce n'est évidemment pas le répertoire de prédilection. Le "bal" s'acheva prématurément après deux ou trois sévillanes et un baile por tangos. Un peu frustrant pour les danseurs de sévillane venus en tenue, mais une bonne surprise pour les amoureux du baile flamenco qui eurent l'occasion de savourer l'arte des artistes de la compagnie Silvia Marin, qui offrirent au public des chorégraphies utilisant divers accessoires : manton, bata de cola, castagnettes, éventail, canne...

Le lendemain, le spectacle annoncé "Flamenco para niños" était en réalité "El flamenco en cuatro estaciones" (le flamenco en quatre saisons) de la compagnie Silvia Marin, une création didactique et intéractive très bien conçue, déjà présentée au Festival Flamenco de Nîmes en 2009. Les saisons sont dans ce spectacle un prétexte pour enseigner aux enfants les différents styles du flamenco ; au printemps correspondent les palos festeros comme l'alegria et la buleria, à l'été ceux au compas binaire comme les tientos/tangos, colombiana ou garrotin, à l'automne les styles ternaires que sont les fandangos et abandolaos, et enfin en hiver, des styles plus durs comme la siguiriya et le martinete. Le tout servi par un décor et des idées ingénieuses. Chapeau.

Le festival se termina le dimanche 8 mai en fin d'après-midi avec le spectacle des élèves de la bailaora mexicaine Alejandra Gonzalez, qui enseigne depuis plusieurs annnées à la peña Flamenco en France. Accompagnée par Paco El Lobo au cante, Thiago Vazquez à la guitare, et Alejandra Gonzalez aux palmas, une des élèves, Aliesha Bryan, se lança por alegrias, réalisant un joli solo avec une apparente facilité, occupant bien l'espace scénique et dans le compas. Les chorégraphies de groupe dévoilèrent une belle coordination d'ensemble, les danseuses étant bien placées les unes par rapport aux autres et ensemble dans leur baile. Cela se nota particulièrement dans le baile avec éventail. Enfin, il faut souligner que le travail de mains de chacune des danseuses était plutôt soigné. Tout cela démontre le surprenant travail accompli par Alejandra Gonzalez, qui a soutenu ses disciples aux palmas durant toute la durée du spectacle. En effet à Paris, même après plusieurs années de flamenco, nombre d'élèves ne sont pas en mesure de faire ce qu'on réalisé Aliesha, Aurélie, Anita, Anaïs, Sophia, Ludivine, Eloïse et les autres. Bravo à elles.


Flamenco Culture, le 08/05/2011

<< Retour au reportage


Equipe artistique

Baile: Silvia Marin, Marisa Adame, José Barrios, Rafael Peral
Guitare: Amir Haddad
Cante: Alfredo Escudero, Ezequiel Benitez
Cajon: Alfredo Escudero


© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact