Leo Triviño

En solo

C'est lors de sa prestation aux côtés de la bailaora mexicaine Alejandra Hernandez en janvier dernier que Flamenco en France a découvert le cantaor Leonardo Triviño Tamayo "Leo Triviño" et a décidé de l'inviter à se produire en solo sur la scène de la peña.

photo ©Christian Bamale

Le cantaor madrilène originaire de Cordoue et d'Extrémadure n'est pourtant pas un nouveau venu sur la scène flamenca, il a notamment une longue expérience de l'accompagnement du baile. C'est dans ce contexte que la qualité de son cante avait déjà séduit les spectateurs du Festival Flamenco de Nîmes en 2008, où il accompagnait Marco Flores et Rocio Molina, de paire avec Emilio Florido.

La tâche ne fut pas facile pour Leo ce samedi soir à la peña de Paris. En effet, comme ce fut déjà le cas en octobre 2010 lors du récital de José Anillo, des manifestants s'étaient donnés rendez-vous dans l'impasse de la rue des Vignoles en exprimant leur mécontentement à grand renfort de musique forte et d'éclats de voix. Pour éviter que ce bruit ne couvre la voix du cantaor, les responsables de l'association avaient d'ailleurs décidé que le concert initialement acoustique serait finalement sonorisé. Mais le cantaor, gêné par le micro et son retour visiblement insuffisant, commença par montrer quelques signes d'agacement. Cependant tout rentra progressivement dans l'ordre, et, après le Martinete et les Cantes Mineros, le cantaor se montra particulièrement a gusto dans les Alegrias. A la guitare Miguel Linares, français installé à Madrid, avec son accompagnement subtil, était encouragé par une bonne brochette de guitaristes de sa génération parmi lesquels Manuel Delgado, Paco Narvaez et Almeria. C'est d'ailleurs le même Miguel Linares qui ouvrit la deuxième partie du récital après les Fandangos de conclusion de la première partie, avec des Bulerias originales soutenues par les bonnes palmas d'Isidoro Fernandez Roman. Leo Triviño poursuivit por Soleares, Tangos, et enfin des Fandangos remplis de mélismes.

Au final, le choix de sortir de l'ombre des batas de cola ce cantaor fut plutôt réussi.


Flamenco Culture, le 12/03/2011


© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact